QUAND LE SPORT INSPIRE L’ART

Toutes les conférences de ce cycle :
Le mardi de 14 h 30 à 16 h
Salle Haroun
Tazieff, (10 rue Farnerie, 26000 Valence)
Cycle de 6 conférences : 25 €, (Étudiant/Chômeur : 1/2 tarif)

 


Par Yvan Gastaut, historien de l’art, maître de conférences à l’Université de Nice, membre du conseil scientifique du musée national du sport.

Cette conférence abordera les différentes formes d’apparition des athlètes dans l’art occidental. En plaçant la focale sur la période antique, il s’agira de mettre en exergue aussi bien les divers supports utilisés que le parcours des artistes pris dans leur époque et inspirés par les activités sportives. En particulier, c’est le corps des athlètes qui retiendra l’attention à travers la référence que celui-ci instaure en terme d’esthétique principalement masculine. L’intérêt pour le corps s’avère d’une grande importance tant dans la Grèce des Jeux olympiques que dans l’Empire romain et ses fameux « ludi » qui passionnent l’ensemble de la société. Dans un second temps, un lien sera fait avec la manière dont cette période antique suscitera bien plus tard, de nombreuses inspirations artistiques pour évoquer le corps sportif comme un idéal physique jusqu’à nos jours.


Par Yvan Gastaut, historien de l’art, maître de conférences à l’Université de Nice, membre du conseil scientifique du musée national du sport.

Le geste sportif saisi par l’art

• 06 novembre 2018 •

Au delà des corps, les gestes sportifs ont un enjeu artistique de grande importance. Saisir la virtuosité technique tant dans son esthétique que dans son efficacité a toujours motivé les artistes intéressés par le fait sportif. La conférence, à partir de quelques exemples pris à diverses périodes de l’histoire, proposera une réflexion sur les interrelations entre l’art et le geste sportif : comment un artiste peut-il sacraliser un geste sportif ? Mais aussi comment un geste sportif, tel le discobole de Myron au Vème siècle avant JC, peut-il être décrété comme une forme d’art ?


Par Ivéta Slavkova, docteur en histoire de l’art. Professeur à AUP (American University of Paris)

Les avant-garde de la fin du XIXe et du début de XXe siècle sont fascinés par le sport qui symbolise la vie moderne : courir de plus en plus vite, sauter de plus en plus haut correspond à la vision du progrès, dans un monde accéléré, plein de défis, que les artiste cherchent à représenter selon des codes esthétiques nouveaux. Il n’est donc pas étonnant que la figure du sportif soit récurrente dans les œuvres de cette période. Des rameurs de Thomas Eakins, peintre américain réaliste formé en France aux rugbymans de Robert Delaunay, dans un style cubiste et au footballeur de Boccioni, futuriste, les artistes cherchent à rendre, à travers le corps sportif, la vitesse enivrante de la vie moderne. Nous allons voir à quel point leurs recherches plastiques novatrices sont liées à cette fascination pour le nouveau sujet qu’est le sport.


Par Ivéta Slavkova, docteur en histoire de l’art. Professeur à AUP (American University of Paris)

Dans l’entre deux-guerres, le sport devient un enjeu politique. Les corps sportifs, musclés et bronzés, «  des femmes nouvelles » et des « hommes nouveaux »peuplent les magazines illustrés, les peintures les sculptures et conditionnent l’habitat qui se doit désormais de posséder de vastes terrasses pour la gymnastique et les bains de soleil quotidiens. Le corps sain sportif sera exalté à la fois par les avant-gardes -au Bauhaus ou par les constructivistes russes- et par les régimes totalitaires. A travers la représentation du corps sportif sur différents médiums, nous allons explorer les différentes facettes de l’esthétique liée au sport à cette époque : de l’espoir pour un monde nouveau après la dévastatrice Première Guerre mondiale aux velléités eugénistes qu’il contient implicitement. le lyrisme de la couleur.


Par Yvan Gastaut, historien de l’art, maître de conférences à l’Université de Nice, membre du conseil scientifique du musée national du sport.

Puisant ses ressources et son inspiration dans un XXe siècle durant lequel le sport s’affirme de plus enplus comme un fait de société en Occident, l’art contemporain fournit de nombreuses représentations des activités physiques. La conférence explorera les manières, souvent originales de mettre en évidence le poids du sport dans certains parcours d’artistes. Quelques uns d’entre eux tel Laurent Perbos, Pierre Joseph seront mis en avant ainsi que des mouvements spécifiques notamment à partir des années 1980 tel que le Street Art par exemple. À chaque fois les angles de vue permettent d’alimenter notre approche des activités physiques toujours en perpétuelle évolution.


Par Yvan Gastaut, historien de l’art, maître de conférences à l’Université de Nice, membre du conseil scientifique du musée national du sport.

Le foot au prisme de l’art.

• 19 mars 2019 •

Cette conférence traitera exclusivement du football, sport roi, grand inspirateur des artistes tel Nicolas de Staël et ses Footballeurs du Parc des Princes en 1952. Le ballon rond et ses multiples événements parfois planétaires offrent dès la fin du XIXe siècle de multiples occasions aux artistes, parfois réfractaires mais souvent totalement conquis, de laisser libre cours à leur inspiration pour mettre en scène ces gladiateurs des temps modernes, jusque même au fameux Coup de boule de Zinedine Zidane en 2006 sculpté par Adel Abdessemed quelques années plus tard dont il sera question.

Mentions légales